Nipigon

De Scubapedia
Révision datée du 4 août 2007 à 19:07 par Philippe Noel (discussion | contributions) (Transcription de l'histoire du Nipigon)
Aller à la navigationAller à la recherche
Cet article est une ébauche à compléter. Vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant. Pour savoir comment modifier un article, vous pouvez consulter l'Aide. Vous voulez contribuer au contenu de Scubapedia? Consultez la liste des ébauches à compléter.

Description

Historique

L'histoire du HMCS Nipigon débute peu de temps après la deuxième guerre mondiale, alors que le gouvernement canadien décide de renouveler sa flotte vieillissante de navires de guerre. 20 destroyers de classe St-Laurent seront conçus et fabriqués dans les chantiers maritime canadiens, entre 1955 et 1964.

Le tout dernier de cette série, le HMCS (Her Majesty Canadian Ship) Nipigon, a été commissionnée le 30 mai 1964, après sa fabrication au chantier maritime de Marine Industrie de Sorel, au Québec. Il est le premier navire à être construit avec un porte-hélicoptère intégré au pont du navire avec hangars. Il sera également le dernier navire de guerre Canadien à être actionné par des turbines à vapeur.

Pendant son service actif, il a servi essentiellement d'escorte anti-sous-marin. Les HMCS Nipigon et Kootenay ont été armés pour remplacer le Terra-Nova et l'Arthabaskan lors de la guerre du Golfe, mais la guerre a pris fin entre-temps. Durant ses 5 dernières années, il a servi de bateau d'essai pour un nouveau projet de sonar de la Marine canadienne. Les navires de cette série avaient été conçus pour une durée de vie de 20ans, mais ont duré une moyenne de 31 ans.

Le dernier de cette série à avoir été en service, Le Nipigon a été retiré de la flotte le 3 juillet 1998, après 34 ans de service. Le HMCS Nipigon est sorti de sa courte retraite au début de septembre 1998 afin de participer très activement aux recherches lors de l'accident d'avion de la Swissair (vol 111) au large de Peggy's Cove en Nouvelle-Écosse le 2 septembre 1998. Ce fut sa toute dernière mission.

La R.A.E.Q. (Récifs Artificiels de l'Estuaire du Québec), présidée par Jean-Pierre Bouillon, a fait l'acquisition du Nipigon pour la somme de 209,303.45$. À l'automne 2001, le Nipigon est remorqué au quai de Rimouski-Est afin d'être nettoyé complètement de toute les matières dangereuses. Près de 2 ans furent nécessaire pour lui faire subir un nettoyage et plusieurs transformation pour le rendre sécuritaire pour la plongée sous-marine et pour l'écosystème marin. Le 26 juillet 2003, le Nipigon est sabordé devant les media et une foule de curieux, afin d'en faire un site de plongée magnifique.

Pour avoir plus de détails sur l'histoire du Nipigon, consulter le site de la RAEQ.

Trajet

  • À partir de Montréal: 559 km
    • Suivre l’autoroute Jean-Lesage (autoroute 20) en direction de Québec.
  • À partir de Québec: 328 km
    • Suivre l’autoroute Jean-Lesage (autoroute 20) et suivre les directions pour Rimouski.
    • Continuer jusqu'à Ste-Luce sur mer.
    • Le quai de départ dépend alors du charter qui vous emmènera vers le Nipigon.

Localisation

Coordonnée GPS: 48º 36.482' N / 68º 25.705' O

<googlemap lat="48.566612" lon="-68.435211" type="map" zoom="10" width="700" controls="small"> 48.608033, -68.428417, Nipigon </googlemap>

Voir la carte dans Google Maps

La plongée

Photos

Avertissements

Courants forts, obscurité, enchevêtrement, froid, narcose, visibilité réduite

Notes

Numéros utiles

Urgence médicale de plongée: 1-888-835-7121

Services de plongée à proximité

Liens externes

Météo prévue sur ce site de plongée

Tables des marées

La Société des Récifs Artificiels de l'Estuaire du Québec (RAEQ)

<keywords content="Nipigon, sites, site, plonger, plongée, sous-marine, Scubapedia" />


L'information contenue sur ce site s'adresse aux plongeurs certifiés et est délivrée à titre indicative. Aucune documentation ne remplace une formation délivrée par un moniteur accrédité.